Rechercher

Menu

  • Partager :
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager par courriel

Par Marjolaine Demers, conseillère en services adaptés (SAIDE) et Marc Landry, conseiller pédagogique à la réussite éducative (SPRER)

Défis des étudiants (EESH et autres) en formation à distance

Depuis le début de cette session plus qu’extraordinaire, plusieurs défis sont soulevés par les étudiant.es lors de rencontres avec les conseillères en services adaptés ainsi qu’avec les responsables PRÉ.  Comme on pouvait s’y attendre, les principaux défis sont de l’ordre de l’organisation, de la gestion du stress, la motivation et la persévérance. Enfin, certaines dimensions de la relation pédagogique et des relations entre pairs, profondément transformées par la distance, sont aussi soulevées, un peu comme un cri du cœur.

Plus précisément, ces rencontres soulèvent des défis relevant de difficultés à composer avec des horaires complexes, synchrones et asynchrones, des plateformes numériques nombreuses, de la quantité de documents à lire et à archiver et des environnements technologiques à la maison parfois moins optimaux que souhaités.

À ces problématiques s’ajoutent malheureusement chez les étudiant.es plusieurs situations stressantes relatives à la charge de travail, à la gestion des imprévus, à la situation sanitaire elle-même ainsi que de possibles impacts sur leur réussite.

Enfin, selon la TÉLUQ, qui compte près de 40 d’expérience en FAD, le sentiment d’isolement constitue un facteur de risque important sur la motivation et sur la persévérance lors d’un parcours de formation à distance.  Plusieurs commentaires à cet égard soulignent que la dimension socioaffective de l’expérience de vie au collégial se voit bouleversée par la situation sanitaire. 

Défis de la distance

Sur le plan de la relation pédagogique en formation à distance, plusieurs étudiant.es  expriment les besoins suivants, lesquels mettent l’accent sur l’indispensable dimension relationnelle, facteur prédominant de la réussite éducative. En un mot comme en mille, les étudiant.es ont besoin de vous, de votre soutien et de votre présence.   

Besoins

La transformation de l’enseignement traditionnel vers une pratique à distance n’est pas sans difficulté et comporte de part et d’autre des défis et des efforts importants.

Permettez-nous à cet effet de vous suggérer quelques pratiques gagnantes, dont plusieurs ont été exposées lors de nos ateliers pédagogiques de la rentrée.  Si vous n’avez pu y assister, vous pouvez, en cliquant sur les liens dans le tableau ci-dessous, accéder à des segments précis (et relativement courts) de ces formations. Nous vous invitons enfin à communiquer avec vos conseillers pédagogiques (Jules Masse ou Marc Landry) ou les conseillères en services adaptés (Marjolaine Demers ou Dominique Pinard) pour tout soutien dont vous pourriez avoir besoin. 

Nous reconnaissons enfin ce que cette situation exceptionnelle exige des enseignant.es du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu efforts que nous saluons, mais qui ne sont pas moins susceptibles de vous faire vivre aussi des moments tout aussi exigeants.   Vous pouvez compter sur notre soutien, mais surtout, prenez soin de vous.

Quelques pratiques aidantes (liste non exhaustive)

Soutien technologique
  • Éviter de multiplier les plateformes numériques
  • (LÉA est la porte d’entrée)
  • Faire attention à la multiplication des MIO
  • Favoriser la concertation départementale sur les calendriers d’examens
Soutien cognitif
Soutien méthodologique
Soutien pédagogique
  • S’assurer d’une plus grande stabilité qu’à l’habitude dans la planification du cours.
  • Présenter le plan de rencontre et les objectifs (ordre du jour) à chacun des cours
  • Prévoir de courtes évaluations formatives (quizz, résumés de cours, etc.
  • Tenir compte que les activités hors cours (lectures, travaux, etc.)  sont susceptibles de prendre jusqu’à 50% plus de temps à réaliser dans un environnement à distance ( distractions, perturbations, disponibilités des ordinateurs
Soutien socioaffectif